Les Anciennes Terres

Festival fribourgeois des arts du récit professionnels

Nouveau Monde • 17-29.01.2023

Jour(s)

:

Heure(s)

:

Minute(s)

:

Seconde(s)

Les Anciennes Terres, c’est ainsi que se nommaient, en 1549, les plus vieilles possessions de la Ville de Fribourg. Et c’est aussi ce que représente le conte pour notre humanité : notre histoire commune, originelle.

Quel titre, qui exprime à la fois le caractère intemporel de nos répertoires traditionnels de conte et l’art de la parole, toujours renouvelé par ses mille et une façons de dire, par les métamorphoses d’une langue vivante, par ses écritures contemporaines. En s’exprimant au Nouveau Monde, il s’affirme comme une discipline à part entière des arts de la scène. C’est-à-dire professionnel, exigeant, novateur, créatif, comme peuvent l’être le théâtre ou la danse.

Merci au Nouveau Monde de nous donner cette opportunité de le démontrer. Car les scènes professionnelles de Suisse peinent encore à ouvrir leurs portes aux conteuses et aux conteurs de métier, contrairement à d’autres pays de la francophonie, Québec, France, Belgique, qui consacrent lieux et grands plateaux aux artistes de la parole. D’ailleurs, au lieu du terme « conte », nous préférons évoquer les Arts du récit, plus englobant et plus proche de nos pratiques.

Ce métier se compose de deux aspects principaux :

Le premier aspect est traditionnel, aussi ancien que le langage articulé sans doute, mettant en valeur par son répertoire des principes archaïques, nécessaires à la formation de notre psyché, ainsi qu’à la cohésion socio-culturelle.

Les conteuses et conteurs transmettent depuis toujours les récits traditionnels, et participent ainsi à la diffusion de ce savoir et de son irremplaçable richesse symbolique en les donnant à entendre aux enfants et aux adultes d’aujourd’hui.

Le second aspect est contemporain, né de la tradition susmentionnée, qui la transforme, la métisse et la pétrit à partir de nos plus récents savoirs et expériences. Cet aspect-là se confronte et s’enrichit au gré de ses rencontres avec les autres arts de la scène, réactualisant sans cesse la place de la parole et ne pouvant se laisser confiner par son envergure au cadre conventionnel.

Faire métier du conte, c’est être en prise avec l’inconscient collectif pour en extirper une parole visant à l’universel.

Ecouter les récits, c’est ouvrir ses oreilles, surtout la grande, celle du coeur, qui entrebaille la porte aux merveilleux voyages.

Notre programmation, plurilingue, internationale, éclectique et tout public, se réjouit de vous le démontrer.

Catherine Gaillard
Co-direction artistique, conteuse pro